Le mot “Jihad” ne signifie pas “Guerre Sainte ou Holly War”, des expressions inventées par les médias occidentaux.
Traduit littéralement, “la guerre sainte” en langue Arabe serait “El Harb el Moukadassa” et il n’y a aucune mention dans le Coran de termes pareils.
Le mot jihad dans le Coran prescrit à l’être humain de lutter et de faire l’effort constant afin d’atteindre et de demeurer dans le droit chemin.
Voici quelques exemples de formes de jihad.
Lutter contre le mal de n’importe quelle sorte dans la société est une forme de djihad.
Se lever chaque jour pour aller travailler afin de contribuer à la société et afin d’améliorer votre vie et celle de vos enfants est une forme de jihad.
Donner de votre temps dans le bénévolat pour aider les gens dans le besoin est une forme de jihad.
Une autre forme de djihad (celle dont les médias ont tendance à parler le plus) est le droit aux musulmans à se défendre contre l’occupation.

L’islam interdit strictement aux musulmans d’être les initiateurs de la guerre. Quand un pays musulman est envahie et après avoir épuisé toutes formes de diplomatie (la diplomatie est aussi une forme de djihad, afin d’éviter les conflits armés et la perte de vies humaines) et si la guerre est imminente, des imams et des oulémas auront à décider si le combat est nécessaire. Si tel est le cas, la défense du pays contre les envahisseurs devient une forme de jihad.
Tout en se défendant durant la guerre, les musulmans doivent obéir à des règles très strictes:
Il est interdit aux musulmans de recourir à des méthodes scrupuleuses, à piller et à tuer sans discernement, à tuer des civils ou ceux qui ne participent pas directement à la guerre, à prendre les armes contre les femmes, les enfants, les vieillards et les blessés, de mutiler les cadavres des ennemis, ou de détruire des champs et le bétail. Les prisonniers doivent être traités avec humanité. La destruction des terres, des arbres fruitiers, des animaux, des villes et villages sont également interdits. Les musulmans doivent être enclins à la paix si l’ennemi est véritablement disposé à faire la paix.

Dans le Coran, le mot “paix” est répété 67 fois. Dieu dit:
“Si ils vous laissent et vous proposent de faire la paix, Dieu ne vous permet pas de leur nuire.” (Coran 4:90)

“Et s’ils inclinent à la paix, alors inclinez vous vers elle, et placez votre confiance en Dieu” (Coran 8:61)

Certains opposants à l’Islam ne se gêne pas à extraire des partie de certains verset afin d’essayer de prouver l’agressivité de l’islam, comme ce verset très souvent prit comme exemple: “… Et tuez-les où que vous les rencontriez …”(Coran 2:191)
Alors que le verset complet est:
“Combattez dans le sentier de Dieu ceux qui vous combattent, et ne transgressez pas, car certes, Dieu n’aime pas les transgresseurs. Et tuez-les où que vous les rencontriez, et chassez-les d’où ils vous ont chassé; la sédition est pire que le meurtre, mais ne les combattez pas prêt de la Mosquée sacrée avant qu’ils ne vous y aient combattus en premier, mais si ils vous combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants. S’ils cessent, Dieu est certes Pardonneur et Miséricordieux. (Coran 2 :190-192)

Conformément au Coran le combat est strictement réservé à l’autodéfense, et n’ont pas pour but de commettre des meurtres ou afin d’opprimer les autres. Ceci est renforcé par la valeur de la vie humaine attribué dans le Coran:
“… Quiconque tuerait une personne non coupable d’un meurtre ou d’une corruption sur la terre, ce serait comme s’il avait tué toute l’humanité et quiconque venait a sauvé une vie, ce serait comme s’il avait sauvé toute l’humanité.” (Coran 5:32)

“… Ne prenez pas la vie, que Dieu a faite sacrée, sauf par la voie de la justice et du droit. C’est ainsi que Dieu vous commande, de sorte que vous puissiez apprendre la sagesse “(Coran 6:151).

Les versets de Dieu sont très clairs, l’islam ne justifie en aucun cas le meurtre de civil, peu importe les circonstances.

Le Prophète Muhammad (psl) a dit a propos de l’effusion de sang :
“L’effusion de sang sera la première question sur laquelle le jugement sera rendu le jour de la Résurrection. ”

Plus de 500 oulémas (savants théologiens) ont condamné tout actes de terrorismes, où qu’ils aient lieu et condamnent tous ceux qui sont derrière ces actes. Les oulémas ont ouvertement et fermement critiqué le tort infligé aux civils non armés sous le prétexte de lutter dans des guerres internationales.

Un éminent ouléma Muhammad Tahir ul Qadri a émis une fatwa (avis juridique donné par un ouléma) visant les jeunes musulmans à tourner leur dos à l’extrémisme aveugle qui n’a pas de place dans  l’islam en ajoutant: “La réalité est que tout ce qu’ils font n’a rien à voir avec le martyr donc toutes ces activités terroristes les mènent droit en enfer”.

About the author